Vous vendez vos fruits et légumes du jardin ? Découvrez ce que les impôts ont à dire à ce sujet !

Vous cultivez avec amour vos fruits et légumes et envisagez de les vendre pour compléter vos revenus ?

Comprendre votre activité à travers le prisme de la fiscalité #

Vous devez alors vous conformer à certaines directives fiscales. C’est ce qu’on appelle une activité accessoire dans le jargon fiscal, une activité secondaire qui vient en complément de votre activité principale.

Il faut toutefois respecter certaines conditions pour que cette activité soit considérée comme telle par l’administration fiscale :

  • Vos revenus de cette activité ne doivent pas être réguliers et ne doivent pas constituer une part importante de votre revenu global.
  • Vous devez être le jardinier qui cultive et récolte les produits que vous vendez.

Quand et comment déclarer vos revenus de cette vente ? #

Il y a des situations où vous êtes tenu de déclarer les revenus de cette vente de fruits et légumes issus de votre jardin. Ces conditions sont précises :

À consulter Comment choisir un ventilateur cet été pour transformer votre maison en oasis de fraîcheur ?

  • Si vos ventes annuelles dépassent un certain seuil, actuellement fixé à 5 000 €.
  • Si vous vendez vos produits à des professionnels comme des restaurants ou des épiceries.

Dans ces cas, ces revenus devraient être déclarés dans la section des bénéfices non commerciaux (BNC) de votre déclaration de revenus.

Faire évoluer votre activité de jardinier-vendeur #

Si vous envisagez de faire de cette activité une source de revenus régulière, la création d’une micro-entreprise pourrait être intéressante. Ce statut offre un régime fiscal simplifié et une exemption partielle ou totale de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

Voici les étapes pour créer votre micro-entreprise :

  • Inscription auprès de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) ou de la Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA).
  • Déclaration auprès du centre de formalités des entreprises (CFE) compétent.
  • Choix du régime fiscal adapté : micro-BIC ou micro-BNC.

Comment vendre vos fruits et légumes en toute légalité #

Pour éviter tout conflit avec l’administration fiscale, il convient de respecter certaines bonnes pratiques lors de la vente de vos produits :

  • Assurez-vous que votre activité respecte bien les conditions pour être qualifiée d’activité accessoire.
  • Tenez un registre de vos ventes, qui peut être utile en cas de contrôle fiscal.
  • Respectez les normes d’hygiène et de sécurité alimentaire lors de la manipulation et de la conservation de vos produits.
  • Renseignez-vous sur les obligations locales éventuelles (permis de vente, règles d’affichage, etc.) auprès de votre mairie ou préfecture.

FAQ:

  • Dois-je toujours déclarer les revenus de la vente de mes fruits et légumes?
    Non, uniquement si vos ventes annuelles dépassent un certain seuil ou si vous vendez à des professionnels.
  • Qu’est-ce qu’une activité accessoire?
    C’est une activité secondaire qui complète votre activité principale et dont les revenus ne constituent pas une part importante de votre revenu global.
  • Qu’est-ce qu’une micro-entreprise?
    C’est un statut d’entreprise qui offre un régime fiscal simplifié et une exemption partielle ou totale de TVA.
  • Comment créer une micro-entreprise?
    Vous devez vous inscrire auprès de la CCI ou CMA, déclarer votre entreprise auprès du CFE compétent, et choisir le régime fiscal adapté.
  • Quelles sont les bonnes pratiques pour vendre mes produits?
    Respecter les conditions d’une activité accessoire, tenir un registre de ventes, respecter les normes d’hygiène et de sécurité alimentaire, et se renseigner sur les obligations locales.

Flottemanville-hague.fr est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis